Actualités

LA PRÉFECTURE ET LE BOOMERANG …

Publié le 2020 M04 23 11:11

Début avril 2020 le préfet des Vosges a pris deux arrêtés visant à interdire les rassemblements statiques, sauf dans les files d’attente pour l’achat des produits de première nécessité.

La Ligue des Droits de l’Homme a saisi le juge des référés du Tribunal Administratif de Nancy pour faire suspendre ces arrêtés. Le 21 avril, le juge ordonne leur suspension.

Retour du boomerang ou coup de flashball juridique, le jugement a conclu que « les arrêtés litigieux portent aux libertés fondamentales invoquées une atteinte grave et manifestement illégale ».

Mais il est intéressant de noter quelques arguments de la préfecture des Vosges pour défendre ses arrêtés.

Elle met en avant la « prévalence encore très élevée du virus dans la région Grand Est et dans les département des Vosges ». Pour le préfet, « l’objet des arrêtés est d’éviter que les déplacements dérogatoires conduisent à des regroupements de personnes ». Mais … « l’arrêté du 8 avril exclut l’application de l’interdiction aux personnes présentes sur leur lieu de travail ».

Pour le préfet des Vosges, si tu rencontres par hasard un ami dans la rue sur le chemin de la boulangerie, tu dois passer ton chemin, tu ne dois pas discuter, même à 5 m, même avec un masque.

Mais tu peux tout à fait t’arrêter à coté de ton collègue au boulot, et même tu ne peux faire autrement, pour lui parler du travail, même si c’est pour produire des choses tout à fait non vitales en ce moment ! Même si la prévalence (nombre de cas d'une maladie dans une population à un moment donné) du virus dans le département est encore très élevée. 

Le travail donnerait-il une immunité contre le virus ? Mais seulement valable au travail ... L'Académie de médecine ne s'est pas encore penchée sur la question.