Actualités

LE PARADIS DES RICHES NAIT DE L'ENFER DES PAUVRES (V. HUGO)

Publié le Mar 24, 2020, 9:32 AM

« Nous sommes en guerre »

C'est par ces mots que l'on pourrait résumer l'allocution de la présidence depuis son palais, suivie par plus de 35 millions de téléspectateurs (selon la police). Oui, une guerre où il n'y a guère de masques, guère de blouses, guère de gants, guère de gel hydro-alcoolique, guère de lits de réanimation, guère de respirateurs, guère de soignants, etc. mais où les milliards continuent à être encaissés par les actionnaires. 

Certes la situation immédiate ne laisse pas de choix quant aux restrictions de nos libertés, mais quelles sont les raisons d'une telle crise et la suite ? Car la guerre à qui ?

Le Fonds Monétaire International a clairement répondu. Il a invité les Etats à « stimuler l'économie par tous les moyens ». Envoyer les gens au travail alors qu'ils risquent leur vie fait probablement partie de « tous ces moyens».

Depuis, il n'est en effet pas autorisé d'avoir des relations avec ses amis, une partie de sa famille, mais il est encouragé d'en avoir avec son patron, et surtout ses collègues de travail. Qu'y a-t-il de plus important que l'économie, autrement dit le profit ? La vie ? la santé ? Pas certain ...

Depuis des années le personnel de santé des hôpitaux est à l'agonie. Lors des luttes récentes, MACRON n'a eu pour eux que mépris et leur a envoyé flashballs et coups de matraques. Mais désormais il salue leur dévouement pour mieux qu'ils aillent « au front » et assoir son pouvoir.

Voila à l’œuvre le capitalisme et le programme présidentiel/MEDEF : liquider le bien commun. Santé, sécu, assurance chômage, assurance vieillesse, éducation, justice...

Les premiers textes tombent et annoncent la couleur. Confinement sur les temps de congés payés ou encore chômage partiel à la tête du client. C'est le début. Il faudrait se taire parce que la la cohésion nationale est décrétée ? Il faudrait laisser faire ?