Actualités

PÔLE EMPLOI AIME LA PRÉCARITÉ

Publié le 2019 M09 27 10:07

Pôle Emploi va embaucher 1000 CDD au niveau national pour renforcer les équipes "entreprise » dédiées aux relations avec les employeurs. Alors que ces équipes, produit de l’éclatement du métier de conseiller à l’emploi, sont depuis leur création notoirement en sous-effectif. On tente alors de palier celui-ci par de la précarité.

Mais le fond de l’affaire est plus grave. C’est un chantage que la Direction générale de Pôle Emploi, pilotée par la ministre du Travail, a fait aux organisations syndicales.

Dans la convention collective Pôle Emploi, une clause limitait le taux de CDD. Et oui, quand on est une institution prônant l’insertion « durable dans l’emploi », il fallait au moins montrer l’exemple.

La Direction a donc présenté le marché en ces termes : « si vous signez un accord majoritaire supprimant la clause anti-précarité, il y a aura 1000 CDD. Sinon, il n’y aura pas ces 1000 CDD et vous en serez responsables devant les salariés de Pôle Emploi ». Et bien entendu les organisations CFDT, CFTC, CGC et SNAP ont signé un accord de révision, majoritaire, qui va s’appliquer.

Cela ouvre donc la porte à la hausse de la précarité à Pôle Emploi, par augmentation du nombre de CDD pour surcroît d’activité, supprime les limites pour les CDD de remplacement, et met fin à tous délais de carence entre deux contrats CDD successifs.

Par ce dernier point, la Direction de Pôle Emploi s’aligne sur le mouvement enclenché dans diverses branches suite aux ordonnances Macron : la possibilité de mettre fin à la carence.

Faut-il préciser que les signataires n’ont revendiqué aucun engagement sur la transformation de ces CDD en CDI … ? Autant de virulence de leur part aurait mis à mal le très recherché « dialogue social » !