Actualités

HÔPITAUX EPINAL-REMIREMONT : LES « DÉCIDEURS » SONT ÉNERVÉS !

Publié le 2019 M02 9 16:33

L’action d’occupation du siège de l’ARS d’Epinal, le jour même où le plan d’économies devait être signé, actant la suppression future de 244 postes, a particulièrement énervé tous les « décideurs ». Le grand directeur de l’ARS s’y est présenté comme un défenseur de la démocratie sanitaire, quand à aucun moment les syndicats, les personnels et les populations concernées n’ont eu le droit de peser sur les décisions. C’est plutôt de dictature sanitaire dont il s’agit.

Un délai a donc été gagné, lors duquel ces « démocrates de la santé » vont être sous pression.

Le discours du maire d’Epinal est à relever en particulier. Alors que les organisations syndicales et les personnels ne cessent de clamer haut et fort que ce plan de suppression de postes et d’économies va se traduire par une dégradation inéluctable des conditions de travail, de vie et de délivrance de services de qualité et de proximité, le président de l’hôpital d’Epinal ne cesse de montrer son énervement. Il ne cesse de répéter : « assez de tergiversations ! ». Il s’impatiente de tout ce temps perdu à discuter avec les salariés et les usagers, alors que le nouvel hôpital d’Epinal se construit.

Pour la suite, il faudra être très vigilant sur la position des uns et des autres. Lors de l’occupation nous avons entendu l’intervention du président du comité médical d’établissement de l’hôpital de Remiremont, prônant d’un côté une réforme « humaine » … et d’un autre côté la nécessité de faire des économies. Cela risque très vite de devenir contradictoire !

L’hôpital est un secteur qui est devenu une cocotte-minute. Ce n’est pas d’économies dont il a besoin. Pour les salariés qui y travaillent, pour les usagers qui en ont besoin, chaque jour, ce sont des investissements nouveaux dont il a grand besoin, notamment en personnel !

C’est la position de la CGT. Ce n’est pas, pour le moment, la position de toutes les parties en présence. Il nous reste encore à convaincre que notre position peut l’emporter dans cette affaire.