Actualités

QUEL AVENIR POUR LA CAF DES VOSGES ?

Publié le 2018 M09 4 17:16

A l’aube de la nouvelle Convention d’Objectif et de Gestion (COG) 2018/2022, nous constatons qu’il va falloir faire face à de nombreuses problématiques.

Dans un premier temps, des postes « à rendre » : après un désaccord entre le ministère et la direction de la sécurité sociale (DSS) : les chiffres exigés par le gouvernement étaient bien supérieurs à ce que la DSS estimait pourtant indispensables pour faire fonctionner les caisses… (et ce n’est pas les OS qui le disent !). Après négociation et refus de signature dans un premier temps de la CGT, la CAF des Vosges devra rendre 19 postes d’ici 2022 et 1 départ en retraite sur 3 de remplacés.

Cette COG prévoit des efforts sans précédent demandés à la branche famille : 2100 suppressions d’emplois dans les CAF d’ici à 2022 (sur un total de 31 000 agents) au travers d’un non-remplacement d’environ 40 % des départs en retraite. Parallèlement, un plan d’économies devra se traduire à une baisse de 23 % des budgets hors masse salariale d’ici à 2022, au prix d’une dégradation inouïe des conditions de travail (à noter que les budgets avaient déjà été réduits de 15 % entre 2013 et 2017). Les efforts demandés sont donc considérables même si les autres branches de la Sécurité sociale s’en sortent encore plus mal.

Le FNAS (Fonds National d’Action Sociale) progressera quant à lui de 2 % par an, ce qui équivaut à une baisse des budgets alloués si l’on considère l’inflation et le fait que les budgets d’action sociale servent à financer des places d’accueil enfance et jeunesse qui génèrent des besoins pérennes de financement. Aussi, les pouvoirs publics ont décidé de littéralement sacrifier la politique jeunesse de la branche famille (politique d’accueil loisirs essentiellement) pour recentrer le FNAS quasi exclusivement sur la petite enfance… Or, même dans ce domaine, les ambitions gouvernementales sont réduites à la portion congrue, avec un objectif de 30 000 places supplémentaires de crèches et haltes garderies d’ici 2022, alors même que les 100 000 créations prévues lors de la précédente COG n’ont été réalisées qu’à raison d’un tiers !

Une grande partie des efforts de gestion demandés sont gagés sur la mise en œuvre du nouveau modèle de production des CAF devant entraîner de forts gains de productivité, autrement dit la digitalisation des démarches déclaratives (impliquant une déshumanisation de la relation avec l’allocataire et un report de la production des droits sur l’allocataire lui-même) et l’exploitation des déclarations sociales nominatives (DSN). En fonction des impacts positifs attendus (en particulier la réduction du volume d’indus), une clause de révision sera mise en place et pourra permettre d’abonder partiellement le FNAS.

Article écrit par le tout jeune mais très dynamique syndicat CGT de la CAF des Vosges