Actualités

TRANE : OFFENSIVE GéNéRALE SUR LES REVENDICATIONS !

Publié le 2018 M05 13 15:36

Si l'on en croit le résultat de la consultation des salariés de la Trane, organisée par le syndicat CGT sous forme de questionnaire, sur les revendications à défendre pour les Négociations annuelles obligatoires 2018 (NAO), il faut peut-être s'attendre à de la mobilisation.

Le questionnaire abordait plusieurs thèmes, comme l'emploi, la formation, la classification, le salaire, le temps de travail. Voilà la démarche CGT : les NAO ne doivent pas se résumer à un face à face direction-représentants syndicaux, avec des revendications sorties dont on ne sait d'où, et un résultat de ces "négociations" dont les salariés sont informés par ... la direction. On voit cela trop souvent dans les entreprises, traduisant trop souvent un état d'esprit défaitiste.

Ici, les syndiqués CGT ont réfléchi et débattu en assemblée générale sur le moyen de mobiliser les salariés, par la consultation, ainsi que par des propositions de revendications. Celles-ci étant d'ailleurs défendues tout au long de l'année. Le syndicat a donc une base pour démarrer les NAO, et aussi pour consulter les salariés pendant la durée de celles-ci, pour faire vivre ce qu'on appelle la "démocratie ouvrière" (désolé pour les gros mots du passé, nous sommes forcés de les faire revenir au devant de la scène devant tant de "dialogue social" et autres "partenaires sociaux", que les syndicalistes de lutte devraient sans tarder bannir de leur vocabulaire).

Le résultat de la consultation donne un indice du degré de volonté offensive des salariés. Ainsi, ce qu'il en ressort : augmentation générale et identique pour tous de 100 bruts euros par mois; prime exceptionnelle de 1000 euros bruts pour les résultats exceptionnels de l'entreprise; réduction du temps de travail et salaire (32 h par semaine, 14ème mois ou 6ème semaine de congés); revaloriser la prime d'astreinte pour la passer de 100 euros à 120 euros; mise en place d'une grille de classification en adéquation avec les diplômes et l'expérience de chacun; prises en charge des tenues de travail par leur lavage (et oui, la multinationale Trane n'a pas d'argent, il paraît, pour laver les bleus de travail).

Voilà donc des revendications résolument offensives, et qui posent un principe de plus en plus discuté dans les NAO: hausse des salaires au pourcentage ou égale pour tous ? Ici la réponse au questionnaire est claire. Lier hausse des salaires et baisse du temps de travail prouvent aussi que les salariés de la Trane ne veulent pas baisser la tête.

Nous souhaitons l'unité syndicale avec le syndicat FO de la Trane, comme les fois précédentes, pour ces NAO qui débutent le 15 mai. Nous serons attentifs à l'évolution des discussions et au choix final des salariés sur leurs revndications et les moyens de les imposer. Si nécessaire, la solidarité, sous toutes ses formes, sera présente.