Actualités

OCCUPATION DU MAGASIN CARREFOUR DE JEUXEY

Publié le 2018 M04 1 08:36

Ce samedi 31 mars 2018, dès 8 heures du matin les salariés du magasin Carrefour de Jeuxey répondent à l'appel à la grève des syndicats CGT et FO du groupe Carrefour. C'est une grève historique, qui fait suite à celle du 8 février dernier. Plus de 150 salariés attendent l'ouverture du magasin à 8h30. En attendant, des caddies ont été couchés sur le parking pour former des chicanes. Le syndicat CGT propose aux grévistes de bloquer toute la ligne de caisses et d'entrée par des caddies : tous les présents sont d'accord (voir la photo).

Rappelons que ce qui est en jeu, ce sont les milliers de suppressions d'emplois, les centaines de millions que ce se sont versés les actionnaires ... face à la révoltante prime de 57 € accordés à celles et ceux qui les enrichissent ! A l'approche de cette journée de grève, les actionnaires retrouvent, par miracle, en raclant leurs fonds de poches dorées de quoi promettre 300 € de plus d'ici quelques mois. Ce "foutage de gueule" n'a pas fait reculer le personnel. A Jeuxey donc, les trois quarts du personnel sont en grève et présents dans une grève active.

Le magasin est investi et occupé par les grévistes: les caddies sont couchés devant les caisses, les chants, la musique, les ballons CGT, les chasubles et drapeaux CGT et FO, le mégaphone qui sonne, l'unité syndicale fortement appréciée. Plusieurs fois dans cette journée mémorable, les grévistes sont partis en cortège dans la galerie et dans le magasin.

Mais il y aura très peu de clients au final pour un samedi du week-end de Pâques et qui devait avoir la bonne odeur de centaines de milliers d'euros pour les actionnaires. La claque ! Les grévistes ont été efficaces. La clientèle a été partagée. Il y a eu ceux qui ont décidé de franchir tout de même le piquet de grève et qui font des doigts d'honneur aux grévistes: la décision a été prise le matin de ne pas les en empêcher. c'est sûr que pour certains il s'agissait d'une question de vie ou de mort : il fallait absolument qu'ils achètent ici et pas ailleurs leurs deux poules en chocolat pour les fêtes de Pâques ! Mais il y a eu aussi ceux qui, solidaires, ont fait demi tour après avoir discuté avec les grévistes. 

A midi c'était barbecue, et la douce odeur de la viande grillée commençait à parfumer l'intérieur du magasin. Le fumet d'un espace de liberté sur le lieu même de l'exploitation ... Le piquet de grève est levé en fin d'après-midi. Il s'agit maintenant aux syndicats et aux salariés de faire le premier bilan de cette journée nationale qui devra, pour peser et obtenir des véritables avancées, être suivie par d'autres. Il faudra que l'unité syndicale tienne sur la base des revendications des grévistes: non au plan du PDG Bompard, non aux suppressions d'emploi, augmentation des salaires !

(crédit photo: prise par notre grand reporter napolitain Giovanni Filoucelli. Le grévistes votent le blocage des caisses et de l'entrée du magasin)