Actualités

TRAINS : DANGER IMMEDIAT

Publié le 2018 M03 9 16:03

L’Histoire retiendra-t-elle la brillante idée du gouvernement français, en 2018, deux ans après la « COP21 » et l’accord de Paris sur le climat, de demander à un ancien dirigeant d’Air France de rédiger un rapport visant à couler le transport ferroviaire ?

Pourtant, le train est un moyen de transport bien plus écologique que la voiture, le bus, le camion ou l’avion et devrait être préféré pour éviter l’aggravation des problèmes climatiques.

La menace de fermeture des lignes ferroviaires restant en service dans les Vosges (en particulier, Epinal-Saint Dié et Epinal-Belfort) est cependant plus réelle que jamais, faute d’engager les travaux de maintenance et de rénovation nécessaires pour fin 2018.

Le bon sens voudrait pourtant que ces lignes soient entretenues, qu’on encourage leur utilisation, et même qu’on ouvre celles déjà fermées ces dernières années (notamment Nancy-Contrexéville-Merrey et Laveline-Gérardmer qui permettrait de relier de nouveau Epinal à Gérardmer).

Face à ces menaces de fermetures, un collectif s’est constitué dans les Vosges et rassemble plusieurs associations d’usagers : Association pour le développement de la ligne Epinal-Saint Dié, Bruche-Piémont-Rail, TG2V (Train Gérardmer Vologne Vosges) et un syndicat CGT de cheminots.

Une pétition contre la fermeture de la ligne Epinal-Saint Dié a déjà recueilli plus de 4000 signatures.

Le collectif a prévu un rassemblement en gare d’Epinal le samedi 21 avril à 11 heures.

Ce rassemblement doit être une réussite, il en va de l’avenir du train dans les Vosges !

(photo: gare d'Epinal - mars 2018)